La FAQ sur le Web sémantiqueConsultez toutes les FAQ

Nombre d'auteurs : 8, nombre de questions : 42, dernière mise à jour : 2 septembre 2018 

 
OuvrirSommaireOntologies
précédentsommairesuivant
 
 

On peut concevoir une ontologie comme une structuration de divers concepts spécifiques à un domaine. Ces concepts sont rassemblés pour fournir les éléments de base et exprimer les connaissances dont on dispose dans ce domaine. Ces concepts sont reliés entre eux par ce que l'on appelle des relations, qui sont en général des actions. Par exemple, dans « un auteur écrit un livre », les deux concepts sont « auteur » et « livre » et la relation est « écrit ». On peut aussi voir ça dans l'autre sens : « un livre est écrit par un auteur », les deux concepts sont toujours les mêmes mais la relation est maintenant « est écrit ». On dit alors que la relation est symétrique.

Le W3C a développé deux langages principaux pour définir une ontologie pour le Web sémantique : OWL (Web Ontology Language) et RDFS (Ressource Description Framework Schema).

Cela peut servir à d'autres domaines que le Web sémantique : par exemple, un domaine particulier de l'intelligence artificielle, le TALN (traitement automatique du langage naturel), pour comprendre le sens d'une phrase. Comment faire comprendre dans la phrase « un avocat plaide devant la cour » que avocat représente ici le métier et non le fruit, « Le juge mange un avocat » : même réflexion. Encore : « le boucher sale la tranche », est-ce le boucher qui est sale ou bien met-il du sel ? Les ontologies aident à résoudre ce problème en définissant des relations entre les différents concepts de domaines prédéfinis.

Créé le 2 juin 2011  par Julien Plu

Lien : Les ontologies et la représentation des connaissances

Afin d'utiliser les ontologies qui ont déjà été écrites, il suffit d'importer leur namespace dans votre fichier qui décrit votre ontologie ou bien dans vos requêtes SPARQL. En voici quelques-unes :

  • FOAF : relations entre amis, présentation d'une personne et réseaux sociaux ;
  • VCARD : présentation d'une personne ;
  • OAN : système de l'Assemblée nationale française ;
  • DC : description d'un document numérique ;
  • EVENT : description d'événements ;
  • GN : données géographiques et cartographiques (par Geonames).

Il existe aussi une très bonne application développée par Mondeca dans le cadre du projet Datalift du nom de Linked Open Vocabularies (LOV) permettant de trouver toutes les ontologies les plus utilisées et ainsi très certainement trouver une ontologie qui nous intéresse.

Créé le 2 juin 2011  par Julien Plu

Lien : FOAF Vocabulary
Lien : The Event Ontology
Lien : Representing vCard Objects
Lien : Ontologie OAN
Lien : DC Ontology
Lien : GeoNames Ontology
Lien : LOV

Il existe plusieurs moyens de créer et de documenter une ontologie. La plus simple et la plus basique est de le faire à la main, les différents langages de création d'ontologies du W3C ont une syntaxe simple tirée du XML. Cette méthode, bien que très simpliste, comporte plusieurs inconvénients, comme la possibilité de faire une faute de frappe et le temps pour écrire le fichier.

L'autre solution est d'utiliser un logiciel du nom de Protégé, il permet de créer son ontologie et de la documenter dans tous les formats du W3C. Le gros avantage de cet outil est qu'il y a une représentation graphique de notre ontologie, on peut ainsi mieux voir ce que l'on conçoit.

Une troisième solution est d'utiliser un autre outil du nom de Neologism, un site Web qui peut notamment créer une ontologie, en publier ou en importer une, et la modifier ainsi que la documenter. Comme tout se passe en ligne, il est possible de faire toutes ces actions de n'importe où. Neologism est basé sur le CMS Drupal, il est donc très simple à installer.

Une dernière est encore d'utiliser un autre outil du nom de LODE. Cet outil permet d'avoir une documentation complète de son ontologie en OWL.

Créé le 2 juin 2011  par Julien Plu

Lien : Protégé
Lien : Neologism
Lien : LODE

SKOS (Simple Knowledge Organization System) est un standard du W3C. C'est un vocabulaire RDF dédié à la représentation des classifications, des glossaires, des thésaurus, etc. Il est surtout destiné à l'annotation des ressources comme des bibliothèques.

Créé le 2 juin 2011  par Julien Plu

Lien : Qu'est-ce qu'une ontologie ?
Lien : Comment utiliser des ontologies déjà existantes ?
Lien : SKOS

OWL (ou Web Ontology Language) est une recommandation émanant du W3C permettant de définir et d'instancier des ontologies. Ce langage constitue une extension des langages RDF et RDFS et permet de combler le manque d'expressivité de ces deux langages. OWL permet notamment d'introduire des notions de classes ou de propriétés équivalentes, d'égalités entre instances, de propriétés symétriques, de restrictions de valeurs...

OWL comprend, dans sa dernière version officielle (OWL 2), six sous langages :
  • OWL 2 Lite, tout d'abord, est le moins expressif des trois. Ce langage est particulièrement adapté aux personnes souhaitant bénéficier d'une expressivité plus importante que RDF/RDFS tout en conservant une certaine simplicité d'utilisation ;
  • OWL 2 DL est un sous-langage offrant une expressivité maximale. Toutes les propriétés OWL sont ainsi présentes dans ce langage. Toutefois, un ensemble de contraintes a été fixé afin de garantir deux propriétés :
    • OWL 2 DL peut résoudre l'ensemble des problèmes d'inférences (complétude),
    • OWL 2 DL assure que ces problèmes peuvent être résolus en un temps fini (décidabilité);
  • OWL 2 EL, sous-ensemble de OWL 2 DL permettant de classifier efficacement des ontologies ayant une large terminologie ;
  • OWL 2 QL, sous-ensemble de OWL 2 DL permettant de faire des requêtes efficaces sur des larges ensemble de données, que l'on peut d'ailleurs stocker dans des bases de données relationnelles ;
  • OWL 2 RL, sous-ensemble de OWL 2 DL permettant une implémentation sous forme de règles de déduction, ces règles étant également compatibles avec la sémantique de OWL 2 Full ;
  • OWL 2 Full, un sous-langage permettant d'avoir une expressivité maximale et une grande liberté dans la conception des ontologies. OWL 2 Full lève la plupart des verrous fixés dans OWL 2 DL. Cette liberté syntaxique a toutefois un prix : il est impossible de garantir que les problèmes d'inférences concernant une ontologie utilisant OWL 2 Full pourront être résolus en un temps fini. Parmi les libertés offertes par OWL 2 Full, on trouve notamment la possibilité d'utiliser une classe comme une instance, ou encore la possibilité d'intégrer plus facilement des éléments de RDF/RDFS dans l'ontologie.
Mis à jour le 12 septembre 2012  par Yoan Chabot, Julien Plu, April Fool
précédentsommairesuivant
 
 
  

Copyright © 2010-2012 developpez Developpez LLC. Tous droits réservés Developpez LLC. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents et images sans l'autorisation expresse de Developpez LLC. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.